A la Une

Auberge de jeunesse pas cher à Vienne: le meilleur et le pire



Mon voyage au Nepal (1). Visa et arrivée à Katmandou



Les pays asiatiques sont certainement des destinations de choix pour les touristes. Des paysages magnifiques, des cultures riches et des cuisines exotiques. Le Népal se situe dans le sous-continent indien au chevet de l'Himalaya entre le Tibet et l'Inde. Si beaucoup de touriste le visite pour escalader ses montagne (e.g., l'Everest), je m’intéresse plutôt à la culture de ce peuple.


Comme pour chaque voyage, j'aime toujours être bien préparé. Visa, hôtel, vol, transport sur place et vaccination obligatoire (pour le Népal, pas de vaccination obligatoire spécifique) sans oublié les prévisions météo. Tout d'abord, un renseignement sur internet avant d'entamer les démarches.
Pour visiter le Népal, un visa est nécessaire pour la plupart des nationalités. Cependant les formalités sont très simples et il est aussi possible de l'obtenir à l'arrivée au pays. J'ai pu savoir que l'obtention du visa à l’aéroport de Katmandou est simple mais il faut avoir du cash pour payer les 25 US dollars de frais et parfois patienter dans une longue file devant le guichet de l'immigration.



Donc, j'ai préféré obtenir mon visa à l'avance et je me suis rendu à la représentation du Népal après avoir télécharger le formulaire d'internet, faire une réservation d’hôtel à Katmandou et me munir d'une photo passeport et 25 euros de fais. Je suis arrivé au siège de la représentation sans rendez-vous (voir cependant les horaires d'ouverture), il n'y avait personne devant moi et j'ai pu passer directement au guichet. L'agent m'a posé quelques questions comme par exemple si je comptais rester à Katmandou ou voyager à l’intérieur du pays. Pas trop de complication et j'ai pu récupérer mon visa le lendemain.

Pour le besoin du visa mais aussi pour être tranquille, j'ai réservé en avance une chambre d’hôtel pour la totalité de mon séjour. J'utilise toujours le comparateur HotelsCombined, car il me permet de faire la comparaison de tous les sites de réservations d'un seul coup. Il y a beaucoup d’hôtels disponibles au centre de Katmandou, au quartier Thamel, et les prix sont abordables (parfois trop). J'ai choisi un hôtel moyen au centre de Thamel. Un choix pas très optimal car derrières les prix bas dans ce quartier, il se cachent plusieurs mauvaises surprises (à moins que ne vous soyez pas exigent du tout).

J'ai commencé à chercher un billet abordable mais les prix de différentes compagnies aériennes sont trop proches. Alors, je regarde aussi la durée totale du voyage, les escales et la réputation de la compagnie aériennes. C'est quand même un vol long courrier et je ne veux pas arriver à destination complètement fatigué. Parmi, les multiple choix disponibles, les options les plus avantageuses sont offertes par les compagnies du Golf. Emirates propose un vol à deux étapes, avec une escale à Dubai et le deuxième tronçon du voyage opéré par sa filiale lowcost Flydubai. Qatar Airways propose un vol avec escale à Doha.

L’hôtel que j'ai réservé propose un service gratuit de collecte à partir de l'aéroport (airport pickup). Des taxi sont aussi disponibles mais il faut cependant négocier le prix avec le chauffeur car sinon, les tarifs changent du simple au double et il n'y a pas de règles générales. 500 à 600 roupies semblent acceptable pour le trajet entre l’aéroport et le quartier Thamel.

Enfin, le jour J venu, je commence mon voyage. Je me rends à l'aéroport en train et en principe, je dois arriver suffisamment en avance pour passer les contrôles et prendre le vol. Cependant, aujourd'hui des travaux sur la voix ferrée ont causé quelques retards et par malchance mon train est affecté. Alors, pour gagner un peu de temps j'ai décider de faire l'enregistrement en ligne et de prendre ma valise avec moi en cabine. La valise à la taille d'un bagage cabine mais elle excède le poids autorisé et j'ai aussi dans la main un cartable pour mon ordinateur portable. Je sais que la compagnie aérienne avec qui je voyage n'est pas très stricte dans ce coté comme l'ont les compagnie lowcost mais rien n'est garantie pour le moment.



Je suis arrivé à l'aéroport à moins d'une heure du vol et j'ai décidé d'aller directement à la porte d'embarquement. Les contrôles ont été très fluides et à mon arrivée à la porte, l'embarquement n'avait pas encore commencé mais les voyageurs attendent déjà dans une longue file.
L'embarquement commencé, je reçois déjà une petite surprise pas très agréable. J'ai réserver un siège fenêtre mais la compagnie à décider de me changer de siège et de m'installer dans la rangée du milieu. Mais, ce n'est pas ça qui va gâcher mon humeur.

Pour ce vol, il y a un contrôle de sécurité juste avant l'embarquement. Je me suis retrouvé obligé de me séparer de mon coteau suisse que j'ai oublié dans mon bagage.

On est arrivé à Doha aux environs de minuit (heure locale) et deux heures après j'ai pris l'avion pour la seconde manche du voyage. Malgré, la réputation de la compagnie aériennes qui se présente comme une compagnie 5 étoiles, le service à bord est plus qu'ordinaire. L'avion mis en service entre Doha et Katmandou n'est pas de la même qualité que sure le premier tronçon.

L'avion a atterri à l'aéroport international Tribhuvan de Katmandou aux alentours de 10 heures du matin (heure locale).  L'aéroport est petit et vieux et pas très encombré. Le temps est nuageux mais il fait chaud. Comme j'ai déjà un visa sur mon passeport, j'ai pu passer directement au guichet de l'immigration. Les contrôles de la douane sont aussi légers et au bout de quelques minutes seulement je me suis retrouvé à l’extérieur du bâtiment en train de chercher le véhicule de l’hôtel qui m'avait déjà contacté plusieurs fois par email durant mon voyage pour demander l'heure de mon arrivée. J'avais envoyé ma réponse durant mon escale à Doha.

Sur la parking, des dizaines de chauffeurs de taxi attendant de ramasser un client et d'autres qui attendent des personnes précises en brandissant des pancartes avec leur nom. Il m'a fallu un peu de temps avant de trouver mon chauffeur. Le véhicule est un petit van (capsula) un peu poussiéreux et pas très bien entretenu. Il y avait à coté de moi aussi un couple de touristes espagnols. Sur la route, des encombrement, conduite chaotique (beaucoup de motos qui ne semblent pas se soucier du code la route) et surtout trop de pollution (poussière et émanation des véhicules).



On est arrivé à l’hôtel et j'ai commencer à collecter les déceptions. Premièrement, le quartier Thamel, le centre de Katmandou, parait un peu comme un grand bidonville, les constructions chaotiques et les rues étroites et pas bien entretenus. Une grande quantité de poussière et d'émanations de véhicules remplie l'air. L’hôtel qui était censé être un 3 étoiles n'est pas vraiment terrible. Le propriétaire est gentil, il me propose une boisson chaude. Je commande un café qui s'avère être un café soluble (que je n'aime pas). L'enregistrement est rapide et pas besoin de payer immédiatement. Ma chambre est au premier étage mais en ouvrant la porte je sens la poussière et l'humidité. Aussi, en ouvrant la fenêtre je trouve un mur à moins d'un mètre et pas le moindre rayon de soleil. Je suis redescendu à la réception pour demander de changer de chambre mais la dame m'informe que malheureusement l’hôtel est complet.

Ma première priorité maintenant et de trouver un hôtel propre  et de déménager. Je me connecte alors sur internet pour voir les hôtels aux alentours mais je compte visiter avant de réserver car sur internet il n'est pas possible de voir la qualité réelle de l’hôtel.

A suivre...

Le quartier Thamel à Katmandou.

Visite de Bhaktapur dans la vallée de Katmandou

Des questions? écrire un commentaire.

Commentaires